Je ne suis pas près d’oublier ton sourire
Ni tes lèvres sur mes lèvres
Était-ce un rêve
Ou de notre avenir le fou rire
J’ai toujours ta main dans la mienne
Au pied du château de Vianden
J’ai beau prier le fantôme de Hugo
Tu t’en es allée et tout de go
Mon cœur bat encore et fait des siennes
Que ton présent pourtant soit doux
Même sans les baisers
Que je n’ai pu donner
Ni recevoir de tout cet août

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018 Vincent Smekens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 − 7 =