Près de moi la veux retenir
Pour le frais du fond de mon cœur
Et le renouveau de ma chair
Et pour m’empêcher de vieillir

     Guillaume IX d’Aquitaine

 

 

S’en va le bon temps qu’on se donne :
Toute la clarté des Printemps
Pour y baigner sans fin mes yeux
— Et tous les pavots de l’Automne
Pour guérir du mal des adieux.

     André Hardellet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 18 =