J’évoque avec ferveur mes rires d’autrefois
Le diamant de l’innocence
La source de mes rigolades
Toutes mes dents jaillissaient en éclats de monceaux de cristal
Le mal n’existait pas encore
Ou alors confiné dans des rêves de frémissements voulus
J’évoque avec ferveur mes rires d’autrefois

 

Je songe languissamment à mes voyages
Aux paysages de campagne et de villes traversés
Des trains ne partent plus de ma tête
Des fenêtres retiennent des enluminures
Les vaches caressantes ont des regards d’amoureuses
Tellement remplis de clochers et de ciels
Je songe languissamment à mes voyages

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019 Vincent Smekens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 + 14 =