J’ay ung arbre de la plante d’amours
Enraciné en mon cuer proprement,
Qui ne porte fruits, sinon de doulours,
Fueilles d’ennuy et flours d’encombrement,
Mais, puisqu’il fut planté premièrement,
Il est creü, de racine et de branche,
Que son umbre, qui me porte nuisance,
Fait au dessoubs toute joye seichier,
Et si ne puis, pour toute ma puissance,
Autre y planter, ne celuy arrachier.

                              Alain Chartier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 + 24 =